Archives mensuelles : octobre 2013

France : quand la gauche expulse des écoliers

LIBERTEL’actualité nous venant de la France depuis le début du mandat de François Hollande est des plus désespérantes. Le constat est amer. Si bien que les grandes idéologies censées dicter les actes du Parti socialiste (PS) semblent muselées par une clique d’irresponsables qui pour quelques points dans les sondages ou, au mieux, passer sous silence les vrais problèmes du pays, ne lésinent pas sur les moyens quitte à rependre ignominieusement les vieilles méthodes du Front national.

Continuer la lecture de France : quand la gauche expulse des écoliers 

Jean-Jacques Dessalines : comment conjurer la malédiction d’Haïti

DessalinesEn ce 17 octobre, jour de l’assassinat du père de la Patrie, Jean-Jacques Dessalines, j’économiserais une harangue dont j’ai la certitude que volontiers vous vous passerez. Il m’est par ailleurs opportun de vous rappeler qu’en ce jour, l’un des plus grands hommes qu’a connus Haïti, et même l’humanité, bien que ne correspondant pas aux désiderata occidentaux, a trouvé la mort pour ses idéaux de justice, d’inclusion de tous dans la défense de l’intérêt de la jeune nation haitienne de l’époque.

« Les Noirs, fraîchement libres, ayant combattu pour l’indépendance, dont les pères sont en Afrique, n’auront-ils donc rien ? » Ces paroles centenaires adressées aux accapareurs originaires curieusement étincellent aujourd’hui encore dans la poignante et triste réalité du pays. Dessalines voulait une réforme agraire pour asseoir sa vision dans l’intérêt du plus grand nombre, ce qui a remonté contre lui ceux en qui il vouait une confiance absolue.

Dessalines, damné de l’Occident

Pour avoir ordonné entre autres le massacre des colons restants dans le pays après la guerre, il s’est vu reléguer une place de seconde zone par rapport à Toussaint Louverture. Ceci est une ineptie et vient d’une profonde méconnaissance de la réalité de l’époque. Ces Blancs qui ne voulaient pas partir, car ils auraient pu le faire après le cessez-le-feu, représentaient un danger pour la jeune nation. Aussi difficile soit-il, Dessalines a fait son devoir en cohésion avec l’intérêt du pays. On oublie souvent d’ailleurs qu’il a épargné les médecins, prêtres, etc.

Haïti est maudit

Pour favoriser nos perversités de classe et égoïste sur le bien commun, nous avons assassiné le père de la nation. Son spectre nous poursuivra jusqu’à ce que par patriotisme et pétris de justice, nous réappropriions l’idéal dessalinien.

Il est temps qu’une poignée de gens cessent d’accaparer 90 % de la richesse du pays. Il est temps de faire passer l’intérêt du peuple souverain avant les velléités cléricales et mesquines. Sans quoi le fantôme de Dessalines toujours hantera nos nuits glacées.

PS : Récusant fermement le mythe du péché originel, mon emploi de malédiction ici est à prendre au second degré.

Pourquoi le retrait du Kenya de la CPI serait préjudiciable à tout le continent

Uhuru KenyattaJe me fais le devoir d’être toujours en première ligne quand il s’agit de défendre la souveraineté des États du monde face à l’ingérence insolente des grandes puissances ou encore de prétendues organisations internationales qui souvent sont à leurs soldes.

Il m’est par ailleurs impossible de partager cette vision manichéenne qui consiste à voir l’ange ou le diable partout, car la réalité est d’ordinaire plus complexe que ce qu’elle nous laisse entrevoir. Ainsi, je me réjouis de la création d’associations transnationales allant dans le sens de la protection de la planète, du genre humain et de sa dignité.

La Cour pénale internationale initiée par le Statut de Rome fait partie de ces remparts contre la cruauté infâme et le piétinement massif des droits de l’homme. Comme toute organisation de sa catégorie, elle a ses faiblesses et ses moments d’égarements. Nous sommes en droit de fustiger le fait qu’elle soit par exemple moins prompte à condamner les criminels occidentaux comme George W. Bush que les dirigeants africains. Son équité aussi est à questionner sur maints dossiers, mais est-ce une raison de conclure sans différer son incompétence à juger Uhuru Kenyatta et William Ruto, respectivement président et vice-président du Kenya, impliqués dans l’épineux dossier des violences postélectorales de 2008 ayant fait d’innombrables victimes ?

Non

L’argument principal des tenants de cette thèse serait que les juridictions nationales du Kenya soient compétentes pour entendre les personnes dont la CPI veut juger. Pourquoi alors, rien n’a été amorcé depuis 2008 pour fixer les responsabilités et éventuellement condamner les coupables ?

Il est vrai que la CPI ne fait pas unanimité et que beaucoup reste à corriger pour dynamiser l’efficacité de l’institution, mais il n’est pas moins vrai qu’elle demeure un rempart dans les pays membres contre les velléités criminelles et génocidaires de certains possédés. Le retrait du Kenya serait une régression regrettable et un mauvais précédent pour tout le continent. Le fait que les prévenus aujourd’hui occupent des postes à haute responsabilité pose bien un problème de priorité entre le choix de la stabilité et la répression nécessaire du crime. Répudier la CPI n’est pas la solution, car cela n’arrêtera pas la poursuite contre les inculpés.

Conatel/R.Tele Caramel : la raison du plus fort est toujours la meilleure

Caramel logoN’est pas prudent celui qui se met dans le viseur des puissants de ce monde!

En matière de calvaire administratif, la Télé caramel a déjà eu son baptême de feu. Sommé le 8 novembre 2012 par l’autorité de régulation du secteur des télécommunications en Haïti, le Conatel, de quitter la chaîne (4) qui légalement leur était attribuée pour trop de proximité avec la chaîne nationale 8, ça n’a pas empêché à ces mêmes moralisateurs sans moralité d’attribuer ladite chaîne à une Télé du même département située à Camp-Perrin. Un changement qui a creusé un fossé de 20.000 $ US dans le budget déjà resserré de l’institution.

Les dirigeants de ce média indépendant dans le Sud ne sont pas au bout de leurs peines, car, ce samedi 5 octobre 2013, ils ont reçu une seconde sommation du Conatel pour cette fois-ci cesser, dès la réception de la correspondance, toute activité sur le 106.5. Ils auraient causé des interférences avec le tour de contrôle de l’aéroport international Norman Manley à la Jamaïque.

Si de l’avis de nombreux techniciens, une antenne à structure topographique en forme de cuvette de 130 watts émettant dans la ville des Cayes ne pouvait en aucun cas produire des interférences jusqu’à la Jamaïque, le Conatel persiste et signe en envoyant une copie de la correspondance aux autorités judiciaires et policières. Le ridicule ne tue pas.

Pourquoi un tel acharnement ? Y a-t-il un prix sur la tête du groupe Caramel ?

Mystère.

Une citation apocryphe de Voltaire sous-entend qu’on devrait se battre pour que nos adversaires puissent exposer leurs idées. Il ne peut avoir de démocratie et encore moins d’États de droit, sans une presse objective, impartiale, jouant effectivement son rôle de contre-pouvoir et de rempart à l’arbitraire ambiante.

En tout cas, si l’espoir d’un meilleur traitement de la presse sous ce gouvernement paraît utopique, contentons-nous de l’indignation de plusieurs directeurs de média, des organisations de défense de la liberté d’expression et des parlementaires sur ce dossier, car, tant que nos mots s’élèvent, on est jamais vraiment désarmé (Kery James).