Qui prendre pour modèle en Haïti ?

Dany Laferriere - (c) lenouvelliste.com
Dany Laferriere – (c) lenouvelliste.com

Le syndrome de la feuille blanche noircit mon jugement chaque fois que l’envie me prend d’écrire sur ma génération. Pourtant, le propos de ce billet est simple et positif : les jeunes en Haïti ne manquent pas de modèles. Je sais que c’est le raccourci privilégié pour expliquer pourquoi certains d’entre nous confondent bêtise et intelligence, préfèrent l’incontinence, la débauche au dur labeur. Mais je vois autour de moi trop de repères pour laisser cette conclusion obstruer la réalité qui s’offre à moi dans toute sa splendeur.

Dany Laferrière. Ketly Mars. Luck Mervil. Raoul Peck. Michaële Jean. Jean Métellus. Ils sont innombrables ceux d’ici qui ont su tailler leurs destins au burin de l’effort dans le granit du défi et parfois du rejet et des déterminismes.

Alors pourquoi n’est-il pas surprenant de voir certains préférer les déhanchements obscènes aux joies de la lecture ? Pourquoi d’autres résument leurs ambitions au parachutage, sans aucun sens de l’effort ? Pourquoi enseigne-t-on comme matière prioritaire l’art de tricher partout et en tout, comme ci la vie ne réservait ses surprises qu’aux arnaqueurs nés ? Pourquoi les élucubrations insensées de certains énergumènes propulsés par « l’échec sociétal » aux affaires publiques, sont élevées en exemple ultime de conduite ? Pourquoi l’argent, nonobstant sa provenance, devient mesure de la valeur humaine ?

J’ai l’intime conviction que dans le ciel des jeunes haïtiens, la quantité et l’énormité des débris spatiaux peut ne pas être un obstacle à la contemplation des étoiles (dignes de ce nom) scintillant de grâce pour l’oeil exercé. L’éducation seule apprend à décanter le bon de l’inutile. C’est d’ici que part le changement !

The following two tabs change content below.
Widlore Mérancourt
Blogueur haïtien, bénévole, étudiant en sciences juridiques, présentateur télé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.