Archives mensuelles : juillet 2015

Ile-à-Vache : un paradis assiégé

(c) Duples Plymouth
(c) Duples Plymouth

Un bateau immobile se repose sur une eau calme et cristalline. Le ciel, débarrassé de ses nuages offre à l’horizon un panorama sublime de fin d’après-midi. L’ambiance à l’hôtel Port Morgan est feutrée. Le silence n’est troublé que par l’enthousiasme d’oiseaux aux couleurs joyeuses et curieuses tournoyant au-dessus des petites maisons rustiques formant l’établissement. On est le vendredi 17 juillet et je viens de débarquer à l’Ile-à-Vache avec une délégation de journalistes pour une visite excursion des différents projets qu’entreprend le gouvernement haïtien dans la zone. Continuer la lecture de Ile-à-Vache : un paradis assiégé 

#FMLF2015 : Quelle aventure !

sec_gen_Michaelle_jean_FMLF_2015_mylene_widlore
Avec la Sec. Gen. de la Francophonie, Mme Michaelle Jean

 

L’idée de réunir la crème de la Francophonie créative du monde entier jalonne toute la démarche du Forum Mondial de la Francophonie. Organisé au Québec pour sa première édition, il a etabli son quartier « CréActif » à Liège en Belgique pour sa seconde édition du 19 au 23 juillet 2015.

J’y ai présenté le projet « Passerelle Caraïbe » que je porte avec Mylène Colmar et Axelle Kaulanjan. L’accueil mais surtout les précieux conseils des participants à notre atelier et ailleurs ont renforcé le concept et augmenté d’un cran notre détermination à aller vers la concrétisation de notre rêve. Présente avec son équipe, la secrétaire générale de l’OIF, Michaelle Jean, nous a réjouit de ses commentaires et de son sens aigu de ce qu’est un projet qui doit grandir sans perdre son âme.

11774625_10152928551197793_1141658367_n

Je voudrais ici lui exprimer notre profonde gratitude pour (nous l’espérons tous) ce début d’une coopération fructueuse dans le respect de la diversité et des valeurs que véhicule la francophonie mondiale et plurielle qu’elle incarne brillamment.

En parallèle, j’ai rencontré à ce forum des gens formidables et des amis numériques qu’il me tardait d’étreindre physiquement. Je ne pourrais pas tous les citer mais j’ai une pensée spéciale pour Mylène, une enthousiaste de pure souche avec qui j’ai virtuellement travaillé pendant des mois, le maestro du formidable projet Mondoblog et Arablog Ziad Maalouf pour ses précieuses recommandations, le congolais brésilien Serge Djino Katembera qui a élargi ma vision du monde, Dj Didier Gabiam de Liège pour m’avoir conduit à travers sa ville vivante et fait goûter la légendaire bière belge, Haïfa de la Tunisie qui m’a fait manger turc, sûrement une des meilleures cuisines du monde et gentiment tenu compagnie dans mes périples piétons près de la Meuse dans le calme de la nuit liégeoise.

Pour ce qui est de la ville de Liège, elle a matérialisé en moi la conception que j’ai d’une ville moderne, ouverte sur le monde et accueillant la diversité. Ses habitants sont sympathiques et avenants. Ce sont des gens qui spontanément vous propose leur aide vous voyant en difficulté à trouver votre chemin. Les jeunes recrutés pour l’événement ont quadrillé la ville pour apporter assistance aux participants du forum.

Cc : SDK
Cc : SDK

L’expérience a été tellement riche qu‘un seul billet ne saurait en restituer la richesse mais j’espère ici vous donner envie de postuler pour le troisième forum qui vraisemblablement sera réalisé dans un pays africain. Néanmoins,  attendez vous à être déçu de la brièveté des rencontres (moins d’une semaine), de la fugacité de ces joies intenses où l’on se définit dans la différence de l’autre en lisant souvent dans ses yeux l’expression de valeurs partagés et la volonté implacable de travailler pour un monde meilleur. C’est aussi ça la francophonie !

Faut-il attaquer la République dominicaine ?

Dominicaine
Je ne suis pas raciste mais je ne veux pas voir les Haïtiens dans mon pays (Ma traduction)

Je déteste parler de la République dominicaine. Non pas que je déteste les Dominicains. Au contraire. Malgré les sondages alarmants étalant leur solidarité par rapport aux actions de leurs gouvernants dans le dossier de déportation des Haïtiens, je reste convaincu que nombre d’entre eux sont soit asphyxiés par la propagande et sont profondément contre l’injustice et partisans d’une cohabitation insulaire pacifique et harmonieuse.

Si je ne parle pas de la RD, c’est surtout par certitude que la faiblesse de mon propos ne prendra jamais la mesure de la catastrophe actuelle. Ni pour la décrire Continuer la lecture de Faut-il attaquer la République dominicaine ? 

Le site qui fait trembler le gouvernement haïtien

FB_IMG_1435679838990

Comment Internet est en train de changer la politique et la participation citoyenne en Haïti

Le président haïtien, Michel Martelly, s’est livré ce vendredi 26 juin 2015 à un exercice qui a provoqué l’indignation de plus d’un. L’incident s’est produit lors du concert controversé de Lil Wayne et de Chris Brown organisé au Champs-de-Mars par son fils Olivier Martelly.

Cette dernière escapade du chanteur président hors du prestige et du standing de la fonction présidentielle a tenu en haleine les internautes haïtiens sur les réseaux sociaux. Certains s’en sont violemment indignés quand d’autres ont clairement affiché leur indifférence. Il faut dire que depuis son investiture en 2011, le chanteur populaire dont certains déploraient déjà l’obscénité extrême à plusieurs reprises, a laissé ses délires carnavalesques reprendre le dessus.

Parmi les réactions, c’est sûrement l’article publié le lundi 29 juin au cours de la matinée par le site participatif Ayibopost qui aura retenu le plus l’attention. Écrit sur le même ton que les injures présidentielles, le billet a provoqué un scandale dans le scandale. En 15 paragraphes, l’auteur a froidement exposé son ras-le-bol du président et des insuffisances de la société haïtienne. Tout y est passé : de l’atonie générale aux  politiciens véreux et, à la culture du sensationnel sur Internet.

Jamais une publication n’aura suscité autant de réactions de la part de la communauté des internautes haïtiens. En quelques heures, les visites et partages sur Facebook et Twitter se comptaient en dizaines de milliers. D’autres sites ont repris l’article et relayé sur leurs propres réseaux. Trois heures après, il circulait en intégralité sur Whatsapp.

L’immense majorité a applaudi l’expression, crue, mais réelle de l’exaspération ressentie par l’ensemble de la population. D’autres ont fustigé le moyen utilisé, car disent-ils, on ne combat pas l’indécence par l’indécence !

Mais, plus que l’adhésion populaire, c’est sûrement la réaction supposée du gouvernement qui fera date. En quelques heures à peine, le portail n’était plus accessible. Un des responsables du site a « retwitté » sur Twitter un message fort énigmatique: #FreeAyibopost. En commentaires, les rumeurs sur une attaque et une censure de la part du gouvernement y allaient bon train. Le communiqué de la plateforme indiquant le lendemain qu’ils n’ont pas « volontairement » fermé le site à cause de la controverse n’a pas non plus arrangé les choses. A l’heure où je publie ce billet, ayibopost.com est encore inaccessible.

On a eu par le passé des actions en justice contre des sites de l’opposition (je pense à l’introduction d’une action en justice par l’ancien premier ministre Laurent Lamothe contre touthaiti.com), mais jamais, il n’a encore été répertorié une quelconque attaque sur des sites dissidents ou le blocage pur et simple orchestré par les sbires du pouvoir en place. Si elle était avérée, ce serait une première !

Deux leçons sont donc à retenir de cet épisode :

La première est qu’Internet est devenu incontournable dans le débat politique haïtien. Sa force grandissante et la gratuité des informations (rares sont les sites haïtiens qui sont payants) couplées à la démocratisation des TIC surtout parmi les plus jeunes en font l’agora de prédilection de nombreux citoyens et aussi l’espace privilégié de la propagande gouvernementale. Cet outil formidable (non encore réglementé) sera-t-il phagocyté par les autorités en place ou pourra-t-il souffler un renouveau sur une démocratie haïtienne à l’agonie ? L’avenir et le degré d’engagement des citoyens nous le diront.