Archives mensuelles : octobre 2015

Non ! Donner aux pauvres n’encourage pas la mendicité

(c) pixabay com
(c) pixabay com

Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage. Cette assertion, sage et populaire, illustre parfaitement le poids des mots dans le façonnement du réel. La noyade du chien est d’abord sémantique et discursive avant d’être réelle et inhumaine. La mise à l’écart ici se situe à l’antichambre de l’irréparable. L’accusation, souvent infondée, est une licence accordée pour torturer, trucider et égorger. Tout ceci en se séparant de sa victime. Les mots dans ce cas construisent une frontière, une barrière protectrice de la bonne conscience, car le mal aime à s’inventer des raisons pour oublier sa déraison. Continuer la lecture de Non ! Donner aux pauvres n’encourage pas la mendicité 

Et si l’affaire Rutschelle était plus grave que cela ?

L'artiste Rutschelle
L’artiste Rutschelle

Certains sujets sociétaux pris dans l’engrenage médiatique en viennent à troquer leur essence au profit d’une modalité du divertissement faisant de la vie privée de certains individus un sujet de débat public. Le cas Roody Rutshelle est la parfaite illustration de la superficialité contemporaine amplifiée par les réseaux sociaux. Il nous enseigne comment un problème de dignité humaine jeté en pâture aux commentaires salaces peut détourner l’attention du plus grand nombre sur l’urgence de sa résolution pour le développement intégral de la nation. Plus profondément, il s’agit d’évaluer l’importance de la parole individuelle dans les grands forums virtuels. Que vaut l’unanimité quand elle prend ses préjugés pour de la pensée ? Continuer la lecture de Et si l’affaire Rutschelle était plus grave que cela ?