Archives du mot-clé charlie hebdo

Je suis Charlie et je l’assume

(c) andrelevattep.deviantart.com/
(c) andrelevattep.deviantart.com/

Le temps posé de la réflexion suit toujours l’effervescence de l’émotion. Encore plus si l’émotion est telle qu’elle a charrié dans un élan formidable la ferveur et la fureur de citoyens du monde entier. De Paris à Port-au-Prince, de New York à Dakar.

Certains ont dès le départ refusé de penser avec la foule. Car dit-on, la masse est un déni de la réflexion. Ils ont refusé l’intuition populaire, ils ont refusé d’être Charlie à tout prix. Les raisons avancées sont compréhensibles, parfois réfléchies mais toujours légitimes !

Je n’ai pas été abonné, ni lecteur donc encore moins adhérent à la ligne éditoriale du journal de satire. Par contre, je n’avais pas besoin de « Charlie Hebdo » pour être Charlie.

J’étais Charlie parce que la liberté de dire et de se taire, la liberté de tourner en dérision et de magnifier sont les traits communs de la viabilité de tout système démocratique. J’étais Charlie parce que le droit à la vie, le droit de ne pas être persécuté pour ses opinions ou sa vision du monde ne sont pas négociables, si l’idée est de construire une société du vivre ensemble dans la différence et dans les limites de la loi.

Tant pis si les événements qui s’en suivront ont montré qu’on ne se mobilise pas de la même manière, que l’indignation n’est pas aussi piquée à vif, suivant qu’on est mort sur le continent africain ou  européen. Tant pis si des fossoyeurs de la liberté d’expression ou des marchands de la haine se sont honteusement accaparés de la catastrophe pour persécuter une communauté, un groupe ou une orientation religieuse.

En tant qu’être humain, j’incarne les victimes de l’intolérance et de l’ingérence, de la misère et de la faim, des frappes de drones sur les civils ou des attentats kamikazes. Je ne suis pas seulement Charlie, je suis aussi tout ce qui devrait et doit révulser la conscience humaine, et je l’assume.

Nous pouvons ne pas être tous Charlie Hebdo

En ces moments de deuils, la communauté humaine se doit de s’élever à la hauteur de son histoire et des valeurs de dignité, de liberté et de solidarité partagés par la majeure partie de ses membres. Quand des criminels d’une cruauté sans nom attaquent et assassinent 12 innocents au nom d’Allah,  ce n’est pas Charlie Hebdo, ses caricaturistes, ses journalistes ou la France qu’ils remettent en cause. Ce sont des siècles d’avancées sur l’obscurantisme, l’idéal universel de paix, la liberté d’expression, la liberté de la presse, donc, la démocratie qui s’en trouve atterrée.

Évidemment, l’escadron de la peur s’agitera encore plus en ces moments d’émotions. Il tentera d’amalgamer et d’associer à cette infamie les millions de musulmans pacifiques et républicains proclamant l’Islam religion d’amour, de tolérance et de paix. Ces musulmans qui comme tout être humain s’indignent devant le spectacle d’une telle barbarie.

Par ailleurs, la laïcité, valeur intrinsèquement républicaine n’exclut pas l’exercice des religions. Donc, des croyants (catholique, musulman etc) peuvent légitimement se démarquer de certaines caricatures du journal qu’ils estiment « blasphématoires » pour leurs divinités.

Mais l’espace républicain est celui où s’exerce la liberté dans les limites de la loi. La neutralité de l’État sur les faits religieux, la possibilité pour chacun de choisir librement une religion ou de considérer cette orientation comme un abandon de la raison sont des conditions essentielles et non négociables du vivre ensemble.

La grande nation qu’est la France a pris un coup ce mercredi 7 janvier 2014. Elle se relèvera radieusement forte si elle applique sur ses plaies les baumes de la justice et du refus de la rhétorique haineuse. Ces fous n’auront jamais raison de la démocratie ! Tous contre l’extrémisme religieux !