Archives du mot-clé dictature

Ce que l’affaire « Bal Bannann Nan » révèle de notre société

liliane-pierre-paul-honoree600-639x330

« Racisme, esclavagisme, sexisme : chaque fois, la victime a d’abord été dépouillée de sa pleine humanité pour être mieux avilie ». Barry Gifford

Les 6 minutes du carnaval de Michel Martelly (président d’Haïti pour encore quelques jours) ont provoqué un rejet phénoménal au sein la société civile haïtienne. Sur la toile, à la radio et à la télé, beaucoup de citoyens et d’organisations de défense des droits de l’homme ont dénoncé une attaque violente, bête et méchante contre la dignité de deux journalistes connus et dont l’opposition au régime Tèt Kale est notoire. Continuer la lecture de Ce que l’affaire « Bal Bannann Nan » révèle de notre société 

Haïti est en danger

Depuis environ trois ans, l’administration en place devait constitutionnellement organiser des élections législatives dans le pays. Seulement, c’était sans compter la phobie chronique attribuée au président pour cet exercice. Si bien que le 12 janvier 2015, le Parlement risque d’être « constaté caduc ». Une hypothèse qui permettra au chef de l’État de diriger par décret.

La République tire la sève de son existence des élections ! Libres, honnêtes et transparentes, elles se doivent de renouveler le personnel politique sous la seule bénédiction du peuple. Avec la séparation des pouvoirs, la laïcité, le respect des droits fondamentaux de la personne humaine…, elles forment les caractéristiques intrinsèques de la démocratie contemporaine.

Toute cette construction encore fragile forgée au fer rouge dans l’os et le sang des victimes de la dictature duvaliériste risque de partir en fumée si le plan machiavélique d’un autre temps du commandant en chef venait à se matérialiser. Car, diriger par décret en Haïti est une curiosité institutionnelle confiant les rênes du pouvoir législatif entre les mains de l’exécutif.

Pour quelqu’un élevant l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, accusé de crimes contre l’humanité, mort sans avoir expié ses crimes non jugés*, au rang de fils digne de la patrie, cette occasion serait unique pour étancher sa soif de diriger, affranchi de la laisse gênante du Parlement. Avec un pouvoir judiciaire dont l’indépendance est aussi rigide que la tige d’un roseau, c’est notre place même dans le rang des nations civilisées qui s’en trouve menacée.

L’heure est donc grave. Le monstre du totalitarisme a pris un coup sévère en 1987**. Mais il n’en est pas mort. Ses blessures quoique profondes ont trouvé dans la nostalgie dictatoriale de ses partisans matière à rémission. Il rampe aujourd’hui vers nous. Et menace de tout renverser sur son passage. Allons nous laisser faire ?

* Il a même failli avoir des funérailles nationales n’était-ce les protestations des victimes et les pressions de la communauté internationale
** Année de la chute du dictateur Jean-Claude Duvalier

Haïti : Il est temps d’honorer Francois/Jean Claude Duvalier pour services rendus à la patrie

Quelqu’un m’a un jour dit que Haïti est une terre d’exception. Ce que j’entends et lis sur cette île a en effet de quoi ébranler les socles de la raison et de la décence.

François et Jean Claude Duvalier - Credit photo : Paroles en Archipel
François et Jean Claude Duvalier – Crédit photo : Paroles en Archipel

Venons-en au fait. Certains se seraient indignés que le grandissime bienfaiteur de la patrie plus connu sous le nom de Baby Doc remette au goût du jour son parti d’un temps passé paradoxalement présent : les merveilleuses années de la dictature. Dans la perspective des élections qui se profile, l’ancien éternel présumé coupable de crimes contre l’humanité se prépare à faire bonne recette et réhabiliter son image ô combien injustement ternie. Après tout, n’a-t-il pas raison ? Pourquoi n’aurait-il pas le droit de rehausser l’éclat de son nom si sali par nos mensonges, nos inventions de massacre ? Que savons-nous vraiment de ce qui s’est passé ?

Jean Claude Duvalier - Crédit Photo : Plongaye
Jean Claude Duvalier – Photo : Plongaye

Que les exaltés se taisent… que les pseudopatriotes, militants, partisans des droits de l’homme, victimes fantômes, etc. avec leurs visions surannées de l’histoire mettent la sourdine. Francois Duvalier et consorts sont pour les Haïtiens ce qu’Adolf Hitler est aux juifs. Un homme au grand cœur envoyé par le Bon Dieu pour nettoyer la terre des rebuts malsains qui la gangrène. Dommage que nombre d’entre nous ne comprennent toujours pas. Jésus n’a-t-il pas, dit-on, été crucifié alors qu’il nous voulait que du bien ?
Oui, il est temps d’honorer cet homme et toute sa descendance pour les services rendus à la patrie. Pourquoi ne pas élever au cœur de la ville de Port-au-Prince une imposante statue, à la hauteur de la compassion qu’il a témoignée pour ces ingrats et amnésiques haïtiens ? Il est temps que le monde sache, il est temps que les journaux, la télévision, internet diffusent la nouvelle, François Duvalier et ses acolytes ont été ce qu’il y a de plus fin, de plus sublime, de plus extraordinaire qui peuvent arriver à Haïti.

Des maisons incendiées avec leurs occupants, des dizaines de femmes, de filles et enfants éventrés, des hommes arrachés de la chaleur du lit de leurs femmes en pleine nuit pour ne plus donner signe de vie. Fort dimanche, ô douce maison de retraite anticipée où celui qui rentre n’en sort pas. Que de mères n’ont pas fini leurs deuils ? Que de fils, de filles pleurent encore leurs disparus ! Qui dit mieux ?

Liberté d’expression bâillonnée, régime de terreur, dictature de la pensée unique, pillage dans les caisses de l’État, misère, cerveaux contraints à l’exil, terreur institutionnalisée, exécutions sommaires, Tonton macoute, image répugnante de l’ile dans la communauté internationale. Qui dit mieux ?

Et avec ça, vous vous insurgez qu’il se réserve le droit de se présenter aux élections ? Ce grand nationaliste, pourfendeur, pardon, défenseur des valeurs de la république, qui a contribué au rayonnement de la Perle des Antilles ? Non, mais sérieusement ?

Francois Duvalier et Bill Clinton
Francois Duvalier et Bill Clinton

Je déclare officiellement, par les pouvoirs divins qui me sont conférés (Ne me demandez pas par qui. C’est divin), que les nations doivent se réunir à l‘ONU et consacrer un jour à la gloire d’Adolf Hitler, Pinochet, Francois/Jean Claude Duvalier et consorts, Staline, Bachar Al Assad et tous les autres grands mécènes de l’humanité, injustement salis, foulés au pied, répugnés et dégouttés à tort. Ce sera justice !