Archives du mot-clé racisme

#StopRacismeRepDom

 

(c) Reseau des Blogueurs haitiens et Tilou Jean Paul
(c) Reseau des Blogueurs haitiens / Tilou Jean Paul

Parce que la mort injuste d’un seul homme porte atteinte à toute l’humanité

Parce que le monde entier doit savoir la lente mais inexorable descente de la République Dominicaine dans le racisme, la xénophobie, l’anti-haitianisme et ses corollaires

Parce qu’un pays dit démocratique se doit d’abord de respecter l’humain, ses droits fondamentaux et les conventions protégeant sa dignité

Parce qu’une politique qui stigmatise, attise les tensions, rend apatride une partie de sa population est susceptible de favoriser les dérives criminelles

Parce que je ne cautionne pas la haine, l’injustice et que le silence est parfois complice

Je dis avec le Réseau des Blogueurs haïtiens :

NON au racisme en République dominicaine
NO to racism in the Dominican Republic
NO al racismo en la República Dominicana
ABA rasis nan Sendomeng
لا للعنصرية في جمهورية الدومينيكان
NEIN zu Rassismus in der Dominikanischen Republik
NO al racismo en la República Dominicana
NO al razzismo nella Repubblica Dominicana
NEJ till rasism i Dominikanska republiken
Нет расизму в Доминиканской Республике
Não ao racismo na República Dominicana
NEE tegen racisme in de Dominicaanse Republiek
도미니카 공화국의 인종 차별주의에 없음
没有种族主义在多明尼加共和国
ドミニカ共和国での人種差別にノー

MW

Haïti : laissons les dominicains s’emmurer

Des décennies de propagandes anti-haïtiennes ont fini par terrer des millions de dominicains dans un racisme et un repli sur soi primaire, réactionnaire, brutal et injuste face aux Haïtiens. Le dépôt, mardi 10 juin 2014, par le député Vinicio Castillo de la Force nationale progressiste (FNP) d’un projet de loi visant à construire un mur tout au long de la frontière entre les deux pays est symptomatique d’un état d’esprit régressif animant une grande partie d’élus de l’autre côté de la frontière, pour qui agiter le spectre de l’invasion haïtienne est devenu, à défaut de propositions intelligentes pour enrayer les problèmes internes, un genre politique à part.

ile_dhaiti_difference_entre_les_pays

Par ailleurs, la référence à une autre période sombre de l’histoire de l’humanité est manifeste. La construction du mur de Berlin, par la République démocratique allemande (RDA), qui symbolisait la coupure de l’Europe en deux, “capitaliste et socialiste”, a débuté dans la nuit du 12 au 13 août 1961 en pleine Guerre froide. Mur de la honte qui, comme toute construction absurde, a fini par s’écrouler par le simple assaut de la marche de l’Histoire le 9 novembre 1989.

Mais, qu’on ne se trompe pas d’adversaire. La haine viscérale que certains dominicains vouent à Haïti trouve dans l’incurie de l’État haïtien un terreau propice pour se propager. L’incapacité de ce dernier à créer de l’emploi, sécuriser sa population, faire du pays un coin vivable pour ses citoyens, renforcer l‘État de droit, organiser des élections honnêtes, libres et crédibles comptant sur le vote du peuple et non sur le phagocytage de l’appareil électoral, sont les arguments les plus crédibles des illuminés qui instrumentalisent et amplifient l’immigration afin de masquer les vrais sujets préoccupants.

 La légèreté scandaleuse qui caractérise la piètre performance diplomatique du gouvernement haïtien dans le dossier de l’arrêt raciste 168-13 décrié par plusieurs pays et des institutions internationales de défense des droits de l’homme met le projecteur sur une politique qui peine à défendre les intérêts de ses nationaux. Comment pourrait-il en être autrement quand des accusations crédibles font état de financement et le versement de pots de vin par des entreprises de la république voisine, quand on entend que les intérêts économiques de certains potentats de l’administration en place seraient tels qu’ils font écran à la défense de l’intérêt national ?

Toute entreprise dont les bases se trouvent enfouies dans l’insanité est vouée à l’effondrement. Le monde du 21e siècle est celui de l’ouverture, du cosmopolitisme et de la promotion des droits humains. Le chauvinisme rétrograde, le culte de la haine et de l’enfermement sur soi n’ont désormais plus leur place. Le mur idéologique construit entre nos deux peuples, qui aboutit à la déshumanisation de travailleurs, de concitoyens et d’étudiants haïtiens tout en exacerbant la cruauté de certains dominicains à leur égard, s’effondrera avec l’éveil de conscience des Haïtiens et la mise en place entre autres de vrais services publics pour sortir le pays de l’impasse économique. Pour l’autre, physique, en improbable gestation, il sombrera de lui-même. En résumé, laissons les dominicains s’emmurer et commençons, finalement, par mettre en place des ponts vers le progrès.

Lutte contre le racisme : une interview exclusive de Lilian Thuram

DSC05529 - Copy-001Voici la transcription intégrale de l’interview que j’ai réalisée avec Lilian Thuram vendredi 9 mai 2014 à Télé Caramel (sud d’Haïti) dans le cadre de la promotion de son livre : « Mes étoiles noires, de Lucy à Barack Obama ». Continuer la lecture de Lutte contre le racisme : une interview exclusive de Lilian Thuram 

Avant la venue de Lilian Thuram aux Cayes, Haiti

L’ancien champion du monde de football et intellectuel Lilian Thuram est en tournée en Haïti du 4 au 10 mai 2014 dans le cadre de la promotion de son livre : « Mes étoiles noires de Lucy à Barack Obama ». Cette tournée le mènera dans le sud d’Haïti ce vendredi 9 mai où il donnera une conférence de presse à l’Alliance Francaise de la ville des Cayes.

 

Le racisme en Haïti fait partie de ces anomalies si présentes qu’on a par moment l’impression qu’elles sont ce qu’il y’a de plus normal. Ordinaires, les préjugés fondés sur la couleur de l’épiderme sont légion. Si bien qu’ils ne choquent plus personne.

Ici, c’est un entrepreneur trop imbu de lui même qui interdit d’entrer son club les individus au teint basané, là bas, c’est un recruteur qui pour un vulgaire poste de secrétaire se permet de faire du profilage sous prétexte que la clientèle est plus encline à se laisser entuber par une « grimèl 1″, plus loin, c’est une mère qui traite sa fille de »ti fanm nwè 2 » rabaissant la condition même de noire au niveau de l’insulte.

Tout ceci est d’autant plus révoltant que la lutte contre le racisme est reléguée au rang de luxe insignifiant devant les turpitudes plus présentes et pressantes auxquelles font face les citoyens. Si les organisations de défense des droits de l’homme poussent comme des champignons par temps humide à chaque coin de rue, le thème de lutte contre le racisme est rarement ou pas du tout figuré parmi leurs priorités.

Ainsi, le passage d’une égérie mondialement connue dans la lutte contre le racisme comme Lilian Thuram ne peut être qu’un événement des plus heureux. Encore plus s’il le fait dans le cadre de la promotion de son dernier ouvrage : « Mes étoiles noires, de Lucy à Barack Obama », pointant du doigt une injustice revendiquée, voulue et parfois non assumée qui fait que dans la pédagogie contemporaine, le plus souvent, le nègre entre dans l’histoire par l’esclavage.

De piqure de rappel à la prise de conscience nécessaire, que ce passage soit l’occasion pour mes compatriotes de crier haro sur les préjugés. Le racisme est une ineptie qu’il faut combattre sans répit par l’éducation dans les bas fonds de la conscience malade du dernier citoyen. Qu’il soit au Nord ou dans le Sud.

1-Femme au teint clair
2-Femme noire

N.B: Un heureux hasard fait que j’étudie les sciences juridiques aux Cayes ou j’exerce aussi le métier de journaliste. J’aurai donc, avec un peu de chance, la chance d’interviewer Lilian Thuram. J’écrirai de toute façon 3 articles sur son passage : Avant (celui-ci), pendant et après la venue de Lilian Thuram aux Cayes.