Archives du mot-clé universite

Le sexe comme SOS

Jeune etudiante prostituee
(c) matchachocolat.blogspot.com

Quand le corps se fait marchandise et qu’il ouvre l’accès au marché saturé du travail, la gêne devient un fardeau encombrant dont la conscience a vite fait de s’alléger. Que de pages ont été noircies de la détresse des jeunes filles haïtiennes sans éclaircir leur quotidien et encore moins leur futur ! Famine. Misère. Asservissement. Grossesse précoce. Accès limité au système éducatif. Dans la tempête de leurs calamités, les moments d’apaisement sont aussi rares que la vérité sortant de la bouche des politiciens.

Grande a été la déception pour un certain nombre de ces jeunes filles après avoir héroïquement gravi les marches de l’éducation de base. Arrivées aux portes de l’université, elles ont assisté, impuissantes à l’écroulement de leurs espoirs d’émancipation et de mobilité économique. Elles avaient pourtant passé des années à assimiler des notions présentées comme salvatrices. Sans soutien dans la diaspora, sans l’obtention de bourses,  sans l’aide d’amis désintéressés ou de familles proches en mesure de payer, certaines ont capitulé, contraintes de revoir à la baisse leurs exigences professionnelles et de vie.

D’autres ont bâillonné leur dignité et tiré parti de leur jeunesse. La mort dans l’âme, elles s’offrent sans retenue au premier venu, à des détraqués sexuels avec un portefeuille bien garni,  promettant d’acquitter leurs frais de scolarité. Les parents, souvent en milieu rural, feignent de ne rien savoir et mâchent l’humiliation les dents serrées.

Le sexe pour ces filles n’est pas une fin, mais un moyen ! Un moyen de s’extirper avec les leurs de l’indigence érigée en instrument d’aliénation, de domination et d’abrutissement. Un moyen de refuser que l’horizon du possible soit ce spectacle désolant de l’assistanat et de l’humanitaire institué officieusement comme politique économique.

Devenir esclave pour se libérer : tel est le sort de ces étudiantes et jeunes professionnelles amenées à troquer leur fierté contre l’espérance d’un meilleur lendemain. Dans ce pays où penser à la primauté de l’intérêt général est l’exception et l’asservissement des ressources de l’État à des fins privées reste la règle, qui entendra les plaintes de ces victimes ? Qui de ce SOS fera un motif d’action pour que l’accès aux études supérieures soit accessible à moindre coût au plus grand nombre ? Qui instituera la gratuité de l’université pour les jeunes filles prometteuses ? Comment contribuer à créer des emplois décents afin que dès la fin de leurs études universitaires elles puissent travailler en Haïti? Beaucoup d’interrogations, mais peu d’initiatives crédibles jusqu’à présent.